Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2012

Skunk Anansie: Wonderlustre, le temps retrouvé

A la fac, alors que j’oscillais entre classique, David Bowie, et rock pur et dur, un vieux complice (alors jeune) me fit l’apologie d’un groupe nommé Skunk Anansie. Je l’écoutais alors sans retenue et en boucle, et la voix de la chanteuse Skin a fini par symboliser tous les malaises de cette sortie d’adolescence. “I can dream that I’m someone else”, “Everyday hurts a little more, and I’ll do anything to belong to be strong, to say there’s nothing wrong”. ça résonnait aussi fort en moi que Baudelaire, Dostoievski ou Nietzsche, dans lesquels je me plongeais et me perdais à la même époque. Tout ça forme un tout étrange, un souvenir protéiforme et un portrait éclaté de ce que j’étais alors, un magma qui m’a formé.



Les années ont passé. D’autres contrées musicales ont été découvertes et explorées. Ce temps jadis fut un peu perdu de vue, un peu oublié. Je regarde assez rarement dans le rétro et n’ai pas de goût pour la nostalgie. Pourtant, à la faveur d’une blonde et belle rencontre, j’appre…