Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mai, 2012

Sur la Route de Walter Salles

Pas grand monde ne le sait. J’ai toujours gardé sur ma culture un certain secret, une certaine pudeur. Un peu comme Chirac cultivant en secret son goût pour les arts premiers. Mais je m’éloigne du sujet. La vérité est que je suis un grand lecteur. Et que le livre que j’ai le plus lu dans ma vie est Sur la Route de Jack Kerouac. En fait, je relis assez peu mes livres, même si je les adore. Je préfère demeurer sur l’impression qu’ils m’ont laissée, ce qu’ils m’ont appris. A l’exception de celui-là, que j’ai bien dû lire trois fois au fil des années, peut-être même plus. Et qui a constitué ma nature et mes gouts beaucoup plus qu’aucun autre. A chaque fois, c'était une redécouverte. Ce roman m’est aussi cher que Les Fleurs du Mal. Bizarrement je n’en ai jamais parlé, c’est comme un bout de mon jardin secret. Imaginez l’émotion de le voir sur grand écran.


C’est Cannes en ce moment. Il était présenté ce soir même au festival. Je l’attends depuis si longtemps que j’ai consulté fiévreuseme…

Norah Jones: Little Broken Hearts

Il y a des voix qui apaisent et qu’on trouve belles. Celle de Norah Jones ressemble à une caresse. Suivant la belle depuis le succès phénoménal de Come away with me, j’aime sa mélancolie, sa langueur, cette espèce de douleur pudique que l’on sent dans ses chansons. On les écoute pour le plaisir, pour la sérénité. La jeune femme signée sur le mythique label Blue Note a imposé d’emblée sa patte. Et a commencé une évolution sûre, s’échappant peu à peu du jazz de piano-bar de ses débuts sans jamais le renier, jusqu’à une pop douce, un peu plus électrique, un peu plus foisonnante, et pas trop sucrée. Aux accents parfois inattendus. Elle s’était éloignée du piano pour composer à la guitare pour son troisième album, Not too late, qui faisait écho à sa première apparition au cinéma dans My Blueberry Nights De Wong Kar-Waï. 


Muse alanguie et subtilement audacieuse, elle a surpris avec les accents synthétiques et rock de The Fall. Elle continue d’être protéiforme avec son nouvel album, Little br…

Claude Nougaro: Découverte tardive

Il y a parfois des rendez-vous manqués. Aussi impardonnables que des histoires d’amours avortées, des amitiés ratées, des rêves irréalisés. Ainsi je ne me suis pas fait connaitre de filles que j’aurais pu aimer, et qui auraient pu me le rendre, de gens avec lesquels j’aurais pu m’accorder mais à côté de qui je suis passé. En culture, c’est la même chose. De la réserve, de la paresse, de la timidité... quelque chose comme “j’aurai bien le temps plus tard”. Comme si les occasions revenaient, comme si le remords n’était pas une possibilité. Comme si on s’aménageait ainsi de vagues lendemains. Comme si on ajournait la promesse de quelque émerveillement. Qu’on le gardait en réserve, comme une fourmi frileuse. “On aura bien le temps”, quelle connerie!

Ainsi, je suis passé à côté de Bashung, rattrapé trop tard au soir de sa mort, et un concert ensorcelant de "la tournée des grands espaces" diffusé par la télé, tard. Et moi qui m’en voulais de ne pas l’avoir connu plus tôt. J’ai écou…