Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du octobre, 2013

Jean-Louis Aubert et moi: Roc-éclair

C'est drôle les rencontres. A quel point une promesse peut vous suivre toute votre vie en attendant d'être réalisée. Comme une lumière qui vous chercherait tandis que vous demeurez dans l'ombre, affairé à d'autres choses. Et puis un jour, ça vous prend par surprise, sur la route des vacances, un peu avachi sur le siège arrière, dans la torpeur des routes qui vous bringuebalent, dans la concentration d'un casque qui vous isole. Vous tombez par hasard sur une chanson de Jean-Louis Aubert. Et vous vous apercevez que vous l'aimez fort. Que ça vous fout des frissons. Qu'une vague de souvenirs remonte et que c'est lui qui en a composé la B.O. Que ce mec c'est votre enfance, votre jeunesse, et que vous ne le saviez pas. Alors j'ai acheté son dernier album Roc-Eclair. Et je me suis surpris d'une passion forte.


Tout est revenu en rafale. L'enfance d'abord, avec ces oncles cool, rock n'roll et un brin destroy, qui nous avaient offert un gr…

Le vrai visage de Riley (épisode 3688)

Riley est affalé d’un air rêveur sur le canapé qui tourne le dos à la cheminée pour qu’on voit bien le feu immuable qui crépite dedans. Dans sa main, il tient un verre d’eau, songeant vaguement aux années 80, l’heureux temps de la saison 15, où il fumait encore et avait du vrai Gin dans son verre. Il pense à Rita. Il a un flashback avec un bel effet de flou comme s’il était sous l’eau, revoyant leur étreinte passionnée sur une plage de l’Ile Maurice, se roulant dans les vagues et demeurant miraculeusement secs. Du temps où ils n’avaient pas eu un fils enlevé par son demi-frère jumeau envieux, lorgnant sur l’héritage de leur père, PDG d’un grand magazine, marié 4 fois. La dernière épouse de ce glorieux paternel était une secrétaire psychopathe qui avait elle-même eu une relation avec Riley avant de le ligoter dans un lit pendant 32 épisodes lorsqu’elle a vu que leur amour n’était pas réciproque. 


Riley a souffert, plus souvent qu’à son tour, y compris lorsqu’il a eu une attirance homose…

Quel jour on est déjà?

J’ai déjà lancé tant de bouteilles à la mer Contre l’indifférence dont je crève sur cette île A attendre une réponse, rendre mon âme fertile Rien qu’un assentiment qui ferait mon affaire
J’ai été seul à vouloir provoquer les miracles D’une vie qui, enfin, pourrait me ressembler J’ai scruté les cieux, inventé des oracles Pour œuvrer sans relâche contre la fatalité.
Quel jour on est déjà ? Et aussi quelle année ?
Tout jeune et le cœur plein, j’allais dans tous les sens A faire feu de tous bois et à semer mes mots En attente d’amour, d’un peu de quintessence D’un grand chambardement, d’un rêve qui poussait haut.
J’avais cette impatience, celle des grands départs La certitude aussi de ceux qui se découvrent Je partais cœur léger et confiant au hasard Le poids de mes détours, je m’en allais vantard.
Quel jour on est déjà ? Et aussi quelle année ?
Sur le chemin pourtant, j’ai laissé quelques plumes Et fané quelques rêves, le souffle est un peu court. Petit à petit en moi, j’ai senti l’amer…