Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2014

Her de Spike Jonze

Cela fait assez longtemps qu'un film ne m'avait vraiment emporté. Je trouvais des qualités, je passais un bon moment, mais ça ne me faisait pas véritablement vibrer. Et puis, hier soir, j'ai découvert Her de Spike Jonze. Probablement la plus belle histoire d'amour que j'aie vue depuis des lustres. La plus atypique et la plus risquée aussi.


Du réalisateur de films alambiqués et baroques comme Dans la peau de John Malkovich, l'originalité était prévisible. Pas l'épure. Pas forcément la grâce et le raffinement d'un sentiment amoureux décrit dans toutes ses phases. Certes l'oeuvre est d'anticipation, mais avant tout, elle est intimiste, immergée dans le secret d'un coeur, comme un monologue intérieur. C'est celui d'un homme sensible, timide, vivant dans un futur aseptisé et solitaire, minimaliste en tout, même en émotions. Seul le virtuel peut être de quelque secours pour exprimer un sentiment. Notre héros a d'ailleurs un métier révé…

Jeanne Cherhal: Histoire de J.

J'ai découvert Jeanne Cherhal au moment de son premier album. Elle fait partie des artistes françaises qui m'ont fait lever le nez, dont j'aime l'ironie, la poésie, la sensibilité et l'énergie. Vue il y a deux ans déployant son énergie communicative sur une scène pourtant peu disposée à sortir de sa léthargie banlieusarde, de ces lieux qui s'ennuient et qu'elle avait pour un temps ranimé. Elle était là, dans la liberté décomplexée de sa Charade. Mutine et pleine de malice, déchainée aussi à l'occasion. Ce soir d'hiver, elle avait accompli l'exploit de faire lever les grabataires, simplement parce qu'elle dégageait un tel enthousiasme et une telle fraicheur, qu'il aurait fallu être encore plus mort qu'eux pour ne pas réagir. Et sourire. Comme à l'écoute de ses chansons ciselées. On se fout de l'étiquette, "nouvelle chanson française", qu'on lui apposait n'importe comment, voici quelques années. Jeanne Cherhal…