Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du décembre, 2015

Mon année 2015 en livres et en vidéo.

Il m'arrive au matin de Noël d'avoir des idées saugrenues, en bon insomniaque qui mouline pas mal. Et puis j'y peux rien, il faut que je fasse quelque chose de ces idées là, sinon elles finissent par m'encombrer et je dois ranger mon âme comme je peux.



Alors voilà. J'ai lu beaucoup cette année, de Spinoza à Alexandra David Néel. J'ai fait de belles rencontres et vécu de belles amitiés, avec Caroline Vié, avec Héloïse Guay de Bellissen. J'ai rencontré une muse et une semblable en Patti Smith. J'ai dévoré des milliers de pages et j'en ai noircies pas mal aussi. Et si cette année fut celle de la convalescence et de l'attente, elle fut surtout celle de ces grandes découvertes.
Et j'ai voulu en dresser le bilan dans cette vidéo. Parce que cette année, j'ai grandi.

La vidéo est longue et parle de dizaine de livres, donc si vous voulez passer une demi-heure à m'écouter en projetant de remplir votre bibliothèque qui n'attendait que ça, i…

Star Wars: Le Réveil de la Force

"Aller au cinéma"

Expression galvaudée s'il en est. A présent on y va comme on va chercher le pain, comme on prend une douche. Et les films sont à l'avenant, souvent. Assez pour vous décourager de les considérer autrement que comme une musique d'ambiance bien agencée pour plaire au public visé. On s'y rend, le regard las et blasé, pour y remplir un peu de temps perdu d'une main molle parce qu'il fait froid dehors et qu'on a rien d'autre à foutre ce jour-là. Alors on y va, en murmurant "à quoi bon", puisque les grands frissons de notre enfance sont bien lointains déjà. Charlton Heston n'ouvre plus la Mer Rouge. Rocky ne hurle plus "Adrienne". Le Titanic repose au fond de l'eau. Le Parrain ne fait plus d'offre qu'on ne peut plus refuser, et Rhett Butler s'en soucie franchement comme d'une guigne. Les tempêtes sont bien calmées, et on contemple les ombres sur les parois de la grotte avec une morne indif…

Ma lecture de Boussole de Mathias Enard en vidéo

Vous parler de ce roman assez impressionnant, un monument d'érudition et une intériorité riche, un regard nécessaire et cultivé sur le monde qui nous entoure. Se rappeler de la grande culture, raffinée, protéiforme, dans une ambiance viennoise, un monde d'hier à la Stefan Zweig, un regard sur l'orient à la Delacroix, une insomnie superbe, pleine de réminiscences et d'un destin en creux, une introspection nostalgique et mélancolique, une histoire d'amour platonique et intense.



Un beau livre et un prix Goncourt mérité (ce n'est pas toujours le cas).

Mes impressions sur le vif et en plan séquence, comme d'habitude. Mieux réveillé cette fois.