Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du février, 2017

Il faut se méfier des hommes nus de Anne Akrich

Qu’y a t’il au revers des paradis ? Qu’y a t’il au revers des légendes ?
Il faut se méfier des hommes nus de Anne Akrich (paru chez Julliard) est un trompe l’œil. Un double fond. On s’aventure d’abord par la couverture, de l’autre côté du visage hilare de Marlon Brando, en plein éclat de rire. La question du masque se pose déjà. 
Que cache ce rire ?  Qu’évoque ce titre ?


On a tous entendu parler du naufrage des Révoltés du Bounty de Lewis Milestone en 1962, ce tournage cauchemardesque et cet échec qui a mis un studio en difficulté et dont l’acteur fut largement tenu responsable. Il était ingérable et capricieux, en conflit ouvert avec le metteur en scène et en position de bloquer la production. Il est tombé amoureux sur ce tournage. D’une femme et d’un lieu, Tahiti. Il y a trouvé son ile, celle où il se réfugiait, celle où les hommes étaient encore simples et beaux. Des incarnations inespérées du mythe du bon sauvage de Rousseau. L'endroit où, enfin, il ne subissait pas la pressio…

La Destinée, la Mort et moi, comment j'ai conjuré le sort de S.G. Browne

L’humanité perdue passe son temps libre dans le paradis consommateur des centres commerciaux. Le livre commence comme ça. Un individu regarde passer les gens et détaille l’avenir qui leur est réservé. C’est son boulot depuis la nuit des temps. Lui, il s'occupe du Sort, il s'appelle Sergio. Il est une entité mythologique à apparence humaine. Il observe les gens, les conséquences souvent désastreuses de leurs choix. Ils sont là, dans l'attente qu'une Xbox, une Playstation ou un écran plat viennent combler leur vacuité. Ses 83% d'êtres humains aux voies prédestinées. Il laisse faire, son boulot c'est de constater, pas d'influer. De toutes façons les cas les plus intéressants sont sur la voie de Destinée, une beauté fatale et passablement nymphomane avec qui il entretient une liaison torride et discontinue depuis des millénaires. Il s’acquitte de sa tâche au milieu des hommes, les guidant d’une main lasse et passablement désabusée, croisant d’autres êtres céle…

Le Blues de La Harpie de Joe Meno

Un homme fonce au coeur de la nuit, juste après un braquage foireux. Il renverse une femme et son landau. Ils sont tués sur le coup. Lui demeurera hanté par ce crime fondateur. Et tentera d'échapper à sa malédiction intime.
"L'autoroute elle-même était sombre comme une tombe, et menait jusqu'au ciel". 
ça commence comme ça. ça vous prend à la gorge et ça vous brûle les tripes comme un alcool fort. Il y a des bouquins qui ressemblent à des shots. A chaque phrase, ça vous vrille. ça vous plonge dans un cauchemar voluptueux, épais comme du goudron dans lequel on se noie. C'est poisseux, c'est somptueux. ça vous projette un monde dont vous aviez déjà le pressentiment, sans tout à fait savoir comment le formuler. ça met des mots sur les songes. ça vous fait bourdonner la tête. ça vous plonge dans des destinées damnées, tendres et glauques. Avec parfois, une étreinte, l'espoir d'un amour, d'une complicité comme un éclair irréel et fugitif, une impr…