Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2017

Coeur-Naufrage de Delphine Bertholon

Pendant ce temps, l’océan charrie des destins brisés,  Des souvenirs de vies échouées sur ses plages.
On entend le bruit de cette marée là au loin, au revers des silences. Le monologue et la mélopée des cœurs naufragés, Après tout, rien n’est plus beau.
Ça fait longtemps que je dois découvrir Delphine Bertholon. Une amie de bon goût me l’avait recommandée, me disait qu’on avait tout en commun. Je ne suis pas doué pour m’exécuter vite. Pourtant j’avais acheté son dernier bouquin, Cœur-Naufrage, paru ces jours-ci chez Lattès. Et samedi-soir je l’ai ouvert. Sur un coup de sang, sur un coup de tête. Comme ça pour voir.
Aux premiers mots j’ai retenu mon souffle.


Ça sonnait vrai comme une confidence. J’ai aimé le monologue de cette traductrice désabusée, Lyla, qui empruntait les mots des autres pour se cacher derrière. Cette femme superbe de chagrin retenu, hantée par son passé et d’une douleur irrésolue, d’un ancien amour, d’un ancien naufrage, qui lui revient un jour dans la banalité d’…

L'Animal et son biographe de Stéphanie Hochet

Ce livre est passé avec la violence d’un rêve.
J’en sors en me demandant ce qui vient d’arriver. Je l’ai fini hier soir. J’ai laissé passer la nuit pour voir si son étrangeté me poursuivait encore au matin, comme le souvenir d’une ivresse. Et j’en garde ce sentiment un peu singulier, cet arrière-goût de songe qui vous a porté loin.
Cet ouvrage, je l’ai pris comme toujours sur un élan, ne respectant scrupuleusement pas l’ordre des lectures que je me suis imposé. Je connais et j’apprécie Stéphanie Hochet et son œuvre depuis Un Roman anglais et Eloge du chat. La première fois que nos chemins se croisèrent, nous avions parlé des peintures rupestres de Lascaux ou de la grotte Chauvet, dont le musée venait d’ouvrir. La présence de l’animal, sa puissance d'évocation sur les parois nous impressionnait tous deux. Et j’ai retrouvé l’écho de cette fascination dans son nouveau roman, L’Animal et son biographe, sorti chez Rivages, jusque dans sa saisissante couverture.


Cela commence dans une …

Les Suspendu(e)s de Sandrine Roudaut

Une lecture parfois s’abat sur vous comme une tempête.
Cela s’annonçait il y a un moment. Un mois ou deux, je ne sais plus.
Les réseaux sociaux ont cela d’intéressant qu’ils vous relient aux gens et aux choses que vous devriez connaître. Sans forcément que ça se concrétise. Mes plus belles connivences actuelles sont parties de là, et peut-être ce grand virage vers une vie qui me ressemble, où je me sente bien et en accord avec moi. C’est compliqué d’habiter son présent. On est pétris d’obligations et de loyautés anciennes, de missions que l’on s’est assignées et de devoirs à remplir qui nous en éloignent. Et cette vie d’écrans est un océan de distractions qui peuvent vous éloigner de la voie que vous voulez suivre. Mais cela peut-être exactement le contraire. Et bien souvent, ça l’est pour moi. Et ces voix amoncelées sur mon fil d’actualité sont souvent des rappels à l’ordre. 
On peut aussi être à ce qu’on fait.
Il y a un mois ou deux, j’ai raté une rencontre. J’ai une conscience ai…