Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du novembre, 2018

Paul McCartney en concert

ça a commencé après une lecture de Loulou Robert. On s'était retrouvé dans un resto juste après. Gilles Marchand et moi partageons une obsession qui est celle des Beatles. On se retrouve à parler avec passion de Sergent Pepper et du boulot des ingénieurs du son dessus. On découvre qu'on a vu maniaquement le même documentaire et qu'on l'a appris par coeur, qu'on en sait beaucoup trop sur la vie du quatuor de Liverpool. Je vois dans ses yeux la même folie que dans les miens. Je ne sais pas si c'est rassurant, mais c'est réconfortant. Je lui promets ce soir-là que si j'arrive à avoir des places pour le prochain concert de Paul McCartney, on irait ensemble. Le lendemain, je les ai. Il m'appelle en poussant le plus beau cri de joie (et le plus sauvage), jamais poussé dans un téléphone.

J'avais voulu que mes parents viennent également. Surtout ma mère qui les écoute depuis son adolescence.

Au matin du concert, je ne tiens déjà plus en place. La perspe…

37, étoiles filantes de Jérôme Attal

Ce livre m'est véritablement arrivé à la fin d'un repas d'anniversaire improvisé que l'extraordinaire Loulou Robert (lisez son Sujet inconnu d'urgence) avait organisé sans me le dire. Un truc de copains. A la fin, on s'est retrouvés, Jérôme Attal et moi, autour de cette table en désordre dont on était les deux rescapés. On ne s'était jamais vraiment parlé. J'avais lu l'Appel de Portobello road et je l'avais aimé. Mais surtout, j'apprécie énormément Jérôme, son élégance, son ironie, son humour et sa fragilité, sa pudeur, son raffinement de dandy britannique qui, par contraste me fait ressembler à un rustre maladroit. L'homme a une noblesse touchante. Quelqu'un d'authentiquement doux. Et c'est assez rare. Si j'ai lu Jérôme, c'est avant tout pour retrouver le bonhomme.

Je ne le connaissais pas vraiment, en dehors de ces petites vidéos amusantes et surréalistes dont il parsème ses réseaux sociaux. Là, pour la première foi…