Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin, 2019

Le Goût de la Philosophie de Lauren Malka

Parler de Philosophie et de Lauren Malka... l'amie la plus lumineuse et la plus inspirante que je connaisse. Celle avec qui, depuis des années et à chaque rencontre, on semble poursuivre une belle et longue conversation, qui a abordé les rivages -nombreux- de toutes nos passions communes (de la musique à la méditation). Pour moi, Lauren est un être de la Renaissance, une culture immense, souriante, ludique et généreuse, vibrante et vivante. Un soleil qui réchauffe. L'un de ces êtres assez rares et l'une de ces rencontres capitales qui rendent un peu meilleurs et le monde un peu plus tolérable, un peu plus léger, intelligent et beau. Quelqu'un qui m'a porté, discrètement et depuis longtemps. Quelqu'un qui, bien souvent, m'a convié dans son monde, ne m'a jamais reproché mes faiblesses, m'a toujours profondément compris. Quelqu'un qui a cru en moi, m'a poussé à finir mon livre, à y croire très fort quand moi je n'y croyais plus. Les jours d…

Douze de Dot Pierson : l'évidence d'une voix

On a beau se creuser, on ne sait pas comment on s’est connus.
Je me souviens de nos premiers échanges sur facebook. Elle parlait musique et Romain Gary. Elle avait bon goût. Elle était drôle et pleine d’esprit. Elle était belle sur les photos. On parlait littérature, écriture, théâtre. Elle me parlait des pièces immersives qu’elle mettait en scène. Des chansons. De tout. On accrochait bien. 
Ça ne fait pas très longtemps qu’on s’écrit quand elle me dit qu’elle a écrit ce texte, Douze. Elle ne sait pas ce qu’il vaut. Sa mère prétend que ça fait d’elle la nouvelle Anaïs Nin mais elle doute de son jugement. Je lui dis que je n’ai jamais lu de trucs érotiques, que je ne sais pas si je suis qualifié. Elle me répond qu’elle a envie d’avoir mon regard, m’affirme même que ça la décidera à l’envoyer ou non à des éditeurs. 
J’ai senti qu’elle ne plaisantait pas. J’ai senti qu’elle m’investissait de cette responsabilité. Je ne sais pas si j’en voulais, mais c’était là, et je ne l’ai pas refusée…

Une journée dans les prémonitions de septembre

C’était une journée à trainer son spleen et le noyer au cœur de la ville.  Une journée à ne pas rentrer chez soi.  Une journée pleine de tout ce qui guette et attend.
Tôt le matin, je m’étais joint à l’affluence. Il y avait dans l’air un crachin breton étrange. Je découvrais les silhouettes pressées en tailleur du petit matin. Les femmes sapées élégantes, prenant garde de ne croiser aucun regard, se tenant raides et droites jusqu’à sortir précipitamment quand le RER marquait leur arrêt, la démarche effarée. 
J’avais été invité au Lutetia pour suivre la présentation de rentrée de Lattès. Arrivé à Port- Royal, je décide de faire le bon kilomètre qui me reste à pied, lassé d’être entouré par mes prochains agglutinés qui me cernaient comme des barreaux de prison vivants. Curieux de la nouveauté, ayant décidé de me remettre franchement dans le bain de la rentrée littéraire. La vague impression d’un come-back. D’un premier jour d’école en juin... j’ai toujours été paradoxal.


Je pénètre dan…

Les 9 noms du soleil de Philippe Cavalier

Aux premiers mots, je me suis retrouvé dans l’antiquité grecque.
Je suis plein de ces mythes depuis l’enfance, lorsque ma mère me racontait l’Odyssée d’Homère pour combler les longs trajets en voiture. Dans ma bibliothèque embryonnaire, il y avait une vie d’Alexandre le Grand. J’imaginais les temples, Bucéphale se cabrant sous l’adolescent qui faisait ses preuves, sa guerre contre Darius, sa manière de découvrir son monde et d’intégrer à la sienne les cultures dont il faisait la conquête. La Perse et les contrées Barbares, jusqu’aux confins du monde connu, là où habitent les titans où des dieux étranges et mystérieux. 
C’est l’origine de mes fascinations et la source de mes rêves. Et j’en ai rarement retrouvé l’esprit dans les romans, très rarement dans les films également. Pourtant c’est sans doute ma quête la plus ancienne, le goût de ces temps jadis. Un matin, David Meulemans fait l’éloge de ce livre sur facebook, à sa sortie il y a un mois. Il semble contenir tout ce que je n’ai …

Mon Saint-Maur en Poche: De l'autre côté du miroir

Il est des songes qu’on ne pensait pas vivre. 

Je me rendais chaque année depuis trois ans comme visiteur à Saint Maur en poche, probablement mon salon du livre préféré. Une sorte de grande kermesse où souffle une simplicité, une générosité, une joie à être simplement là, à déambuler au milieu des livres et des écrivains, à discuter avec eux, à prendre le temps d’un week end, des vacances en banlieue parisienne. Une ambiance de grande partie de campagne populaire et littéraire, un grand marché de mots à ciel ouvert, une moisson de sourires et d’amitié qui vous emplit pour longtemps. J’y allais chaque année pour me ressourcer, pour échanger quelques mots avec des écrivains que j’admire et qui, avec le temps, avec le blog, sont devenus des amis. L’année dernière, j’avais animé une rencontre avec mon cher Gilles Marchand. C’est un endroit qui a fini par être peuplé de mes souvenirs et par faire partie de ma vie.



Seulement, cette fois, c’est moi l’auteur. Gérard Collard, le fameux libraire…

La Vraie vie de Adeline Dieudonné : sa voix dans ma tête

Je mourrai un dimanche. C'est obligé.

Je déteste ce jour avec passion, il ressemble à un mauvais pressentiment. Hier au matin, le corps perclus de vieilles douleurs dont je pourrais me plaindre si je n'en avais pas développé l'habitude et un fatalisme assez détestable. Genre "c'est bon, j'en prends pour une semaine". Le bon Bordeaux de la veille au soir persistait dans une migraine sourde qui alimentait ma mauvaise disposition. Pour couronner le tout j'épluchais les annonces immobilières vendant des "chez moi" chimériques dont je n'avais pas les moyens. On était dimanche. J'avais des douleurs de vieillard et la gueule de bois, la vague intuition que cette journée allait ressembler à un tourbillon de chasse d'eau. J'étais mal, pour résumer.

Par je ne sais quelle inspiration divine, je regarde les audiolivres. Je tombe sur La Vraie vie de Adeline Dieudonné, paru il y a un an chez l'iconoclaste et dont on avait beaucoup parl…